Catégories
canal du Midi croisière Kapa péniche petites histoires VNF

Kapadokya se prépare à affronter l’hiver

Comme chaque année, les Voies Navigables de France vident une partie du canal du Midi pour des travaux d’entretien. Pendant cette période dite de « chômage », le canal est fermé à la navigation… et les bateaux installés sur les biefs concernés se trouvent face à une alternative: soit ils  s’échouent au milieu du canal vidé, soit ils vont s’amarrer sur une partie encore en eau.

Cette année VNF a choisi de vider  le bief de partage où nous sommes installés habituellement. Après avoir hésité, nous avons opté pour la seconde solution. Nous avons donc profité d’une belle journée d’automne pour naviguer en compagnie d’un super pilote: Bernard Olivarès.

Notre bateau entre dans notre écluse: la Méditerranée. La première d’une longue série: dans la journée nous en passerons 15 dont plusieurs doubles et une triple.

Pat est au macaron, mais le véritable capitaine de Kapa est Bernard. Tout au long du voyage, il va distiller ses conseils avisés avec patience et bonne humeur. Bref, un véritable cours privé rendant le pilotage du monstre de 70 tonnes presque aussi simple que celui d’un pédalo…

La péniche est en apesanteur à l’écluse du Roc.

C’est long 30 mètres dans une écluse…

A Laurens, l’éclusier Jean Marc nous attend tout sourire. La présence amicale des agents VNF est toujours un plus pour les bateaux et les équipages.

En fin d’après midi, après le retournement sur le grand bassin de Castelnaudary, nous atteignons l’écluse de l’Océan. Mais notre voyage est loin d’être terminé.

Nous arrivons assez tard, vers 19 heures, tous feux allumés à l’écluse de Renneville. Comme nous ne pouvons plus continuer à naviguer de nuit, nous nous amarrons à couple au SURCOUF, un bateau passager.

Le lendemain matin, il ne reste plus qu’un bief pour arriver à destination: le charmant petit port de Gardouch où nous nous nous amarrons après l’écluse et le pont. Le bateau restera ici jusqu’à mi janvier avant de se refaire une beauté dans la grande cale couverte de radoub à Toulouse.

L’écluse et le port de Gardouch.

Quant à Mado, elle a jonglé toute la journée avec ses boîtiers photos pour vous offrir toutes ces merveilleuses images, avec en prime, bientôt, un film vidéo de cette folle aventure.

A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *